Billeterie en ligne
video
Les vidéos en ligne ont été numérisées avec le soutien du Conseil Régional du Nord/Pas-de-Calais
et des plans de numérisation 2009 et 2010 du Ministère de la Culture
Get Adobe Flash player
Vidéos du même auteur

DERAISON DU LOUVRE (LA)

de LECCIA Ange

FRANCE, 2006, 00:15:00

Production : CAMERA LUCIDA PRODUCTIONS, MUSEE DU LOUVRE, BERTRAND François
Collection : Musée du Louvre
Genre : Fiction
Mots-clés : Musée du Louvre, Art, Sensualité, Peinture, Fantastique

Résumé :
Interprète(s) : Laetitia Casta

La Déraison du Louvre invite le spectateur à une déambulation nocturne dans les galeries du musée, une fois le bruit de la foule dissipé, lorsque les tableaux retrouvent leur intimité. En errant silencieusement parmi les toiles, une jeune femme (Laetitia Casta) se laisse envahir par la présence irrésistible des figures représentées qui s’animent et finit par perdre pied. Le court métrage d’Ange Leccia évoque une secrète obsession pour la peinture qui se déploie dans des jeux de regards et s’imprime à même le corps. En dehors de toute narration traditionnelle, il cherche avant tout à rendre compte de la relation charnelle entre la visiteuse clandestine et les personnages picturaux. Ces derniers sont l’expression d’un monde intérieur qui surgit à la faveur d’une lumière fantasmatique. À la lisière de l’abstraction, le film parvient à capter le tremblement fugace propre aux émotions. Dans ce contexte vibratile, la musique – composée par Frédéric Sanchez – entre en résonance avec les images. Il s’agit d’ondes ciselantes qui apparaissent pour mieux fuir et ainsi travailler à la perte des repères spatiaux. Car le motif central de cette œuvre est le vertige. Face à la sensualité de cette rencontre, il est alors inutile de résister. La Déraison du Louvre traduit l’état d’abandon que la peinture peut encore provoquer, à l’écart des sollicitations culturelles et de la passivité touristique. Et ce n’est pas un hasard si parmi les toiles revisitées, on reconnaît Le Sommeil d’Endymion (1791) d’Anne-Louis Girodet ou Suzanne au bain (1839) de Théodore Chassériau. Elles sont les indices d’une sensibilité romantique se prolongeant pleinement dans cette création contemporaine, véritable hommage à la beauté chaude et enivrante qui – toujours – palpite.

puce imprimer la fiche

Langue originale : français
Format d'origine : vidéo
Cadre : 4/3
Chromie : Couleur
Version(s) disponible(s) : Version originale française.

Location : 30 euros

Vente : 40 euros

Vente : 50 euros

puce réserver (mise à disposition temporaire de copie)

réserver (vente aux personnes morales, sans prêt de la copie)

puce réserver (vente aux personnes morales, avec autorisation de prêt)

La location et la vente de copies des vidéos du catalogue s'adressent essentiellement aux professionnels (structures culturelles, Èducatives ou associatives), pour en savoir plus veuillez consulter la rubrique programmer